Comment cela fontionne

Deux axes majeurs : des principes et des étapes définies à suivre

• Les 5 principes incontournables encadrés dans un contrat signé par les parties et les avocats formés au processus collaboratif, qui permettent de potentialiser les outils de négociation raisonnée et des outils de communication.

Les 5 principes fondateurs

  • Pas recours au juge contentieux (moins de pression)
  • Travail en équipe, permet de redonner une place prépondérante aux parties – Possibilité de faire intervenir des tiers sachant, dans le travail d’équipe en adéquation avec les besoins des parties.
  • Transparence (pour contrer l’opacité) – Il s’agit de la transparence devant permettre de générer un accord sur une même connaissance et compréhension de la réalité objective.
  • Confidentialité renforcée. Afin de permettre aux parties de s’exprimer pleinement, les avocats praticiens collaboratifs, s’engagent à garantir cette confidentialité
  • Retrait des deux avocats en cas d’échec ou de non-respect des engagements – C’est la clef de voûte de l’édifice collaboratif. Les parties s’ouvriront de manière entière et en confiance, dès lors qu’elles ont l’assurance que l’avocat de l’autre ne sera pas celui qui pourrait remettre sa robe et tirer argument des échanges devant les tribunaux.

• Une succession de 5 étapes

Un processus qui se déroule en suivant 5 étapes dans un ordre déterminé, dans une succession de réunion à 4.

1 L’état des lieux /récit/ exposé :
Les parties posent leur conflit et se mettent en condition de travailler rationnellement.
Les avocats praticiens collaboratifs feront appel aux outils de communication, issus notamment de la PNL, de la CNV et de l’écoute active.

2. La recherche et l’expression des intérêts, préoccupations, besoins, valeurs (ou moteurs silencieux) des parties
Cette étape permet de passer des positions antagonistes des clients aux besoins qui les animent.
La somme des besoins, préoccupations, valeurs communes et différents est toujours significativement supérieure aux besoins opposés. Cela permet aux parties et aux avocats de sortir d’une vision binaire du conflit.

3. Les éléments objectifs :
Les avocats font leur travail de juriste avec l’aide de tiers si besoin. Ils présentent aux parties un état des lieux objectifs de leur situation d’un point de vue juridique, financier et s’attache à s’assurer de la faisabilité, des hypothèses juridiques présentées.

4. Les options
C’est l’étape qui est consacrée à la créativité permettant d’ouvrir le champ des possibles et de dépasser les seules solutions juridiques – la seule limite est le respect à l’ordre public.

5 Les offres
Les avocats accompagnent leurs clients à écrire 3 offres (structure du futur accord).
Lors de la dernière réunion, chaque partie présente ses 3 offres. Au mieux, on constate une offre commune. A défaut, on procède à un panachage des 3 offres.

Media

Deux axes majeurs : des principes et des étapes définies à suivre

• Les 5 principes incontournables encadrés dans un contrat signé par les parties et les avocats formés au processus collaboratif, qui permettent de potentialiser les outils de négociation raisonnée et des outils de communication.

Les 5 principes fondateurs

  • Pas recours au juge contentieux (moins de pression)
  • Travail en équipe, permet de redonner une place prépondérante aux parties – Possibilité de faire intervenir des tiers sachant, dans le travail d’équipe en adéquation avec les besoins des parties.
  • Transparence (pour contrer l’opacité) – Il s’agit de la transparence devant permettre de générer un accord sur une même connaissance et compréhension de la réalité objective.
  • Confidentialité renforcée. Afin de permettre aux parties de s’exprimer pleinement, les avocats praticiens collaboratifs, s’engagent à garantir cette confidentialité
  • Retrait des deux avocats en cas d’échec ou de non-respect des engagements – C’est la clef de voûte de l’édifice collaboratif. Les parties s’ouvriront de manière entière et en confiance, dès lors qu’elles ont l’assurance que l’avocat de l’autre ne sera pas celui qui pourrait remettre sa robe et tirer argument des échanges devant les tribunaux.

• Une succession de 5 étapes

Un processus qui se déroule en suivant 5 étapes dans un ordre déterminé, dans une succession de réunion à 4.

1 L’état des lieux /récit/ exposé :
Les parties posent leur conflit et se mettent en condition de travailler rationnellement.
Les avocats praticiens collaboratifs feront appel aux outils de communication, issus notamment de la PNL, de la CNV et de l’écoute active.

2. La recherche et l’expression des intérêts, préoccupations, besoins, valeurs (ou moteurs silencieux) des parties
Cette étape permet de passer des positions antagonistes des clients aux besoins qui les animent.
La somme des besoins, préoccupations, valeurs communes et différents est toujours significativement supérieure aux besoins opposés. Cela permet aux parties et aux avocats de sortir d’une vision binaire du conflit.

3. Les éléments objectifs :
Les avocats font leur travail de juriste avec l’aide de tiers si besoin. Ils présentent aux parties un état des lieux objectifs de leur situation d’un point de vue juridique, financier et s’attache à s’assurer de la faisabilité, des hypothèses juridiques présentées.

4. Les options
C’est l’étape qui est consacrée à la créativité permettant d’ouvrir le champ des possibles et de dépasser les seules solutions juridiques – la seule limite est le respect à l’ordre public.

5 Les offres
Les avocats accompagnent leurs clients à écrire 3 offres (structure du futur accord).
Lors de la dernière réunion, chaque partie présente ses 3 offres. Au mieux, on constate une offre commune. A défaut, on procède à un panachage des 3 offres.

En Savoir Plus

Venez découvrir tout ce qu'il faut savoir sur le droit collaboratif.

Trouver un praticien

Retrouvez la liste de tous les praticiens du droit collaboratif.

Formez-vous

Vous n'êtes pas encore formé ? Consultez le calendrier des formations à venir.